A PROPOS de Brigitte VALIN...

 

 

 

 

 

LA CHAIR DU TEMPS  

       

Brigitte Valin modèle avec passion l’argile et la cire, dans un jeu de miroir transitoire et sensuel avec les modèles nus qu’elle représente et donne à voir.

 

Elle crée de tout son corps, l’âme au corps. De l’esprit de ses mains naît une œuvre qui parle de vie et de mort aux sens, à l’esprit et à l’âme : œuvre sereine-tourmentée, précaire-durable, structurée-jaillissante, intime-universelle, toute en tensions paradoxales.

L’unité de son œuvre, terre, cire ou bronze, c’est la prééminence du charnel et la corporéité affirmée ; la souplesse et la grâce des postures, surgies du magma organique, incarnées, et dont le mouvement continue de s’accomplir pour un instant d’éternité.

 

Janvier 2010 - Bruno Boulanger (« l’art du nu »)

Sculpture en cours à l’atelier - Brigitte Valin - modelage d’après modèle vivant.
"Orphée" Brigitte Valin sculpte face à Jacques, modèle vivant. Photo Alixe Poncelin


Atelier de Brigitte Valin - photo Brigitte Bernard
Atelier de Brigitte Valin - photo Brigitte Bernard

 

 

CIRES GRACILES

Dans cette légèreté est la poésie.

La sculpture est une forme de danse autour de la matière, Faire surgir. Et ces petites femmes en cire gracile ont besoin de vent et de nuit pour s’échapper.

Il faut continuer à créer ce qui n’existe pas, à le décliner car ces sculptures sont vos mots et vos mains votre langage. Votre création structure votre chemin et votre temps.

L’ombre est épure, le reflet brouillage, échos immatériels, vous, vous façonnez la matière, dense et légère.

Le travail et son espace atelier apparaissent quand les passants disparaissent.

Septembre 2008 – BB - Brigitte Bernard



LA MÉDUSE

Nous avons mangé, nous avons bu, nous avons parlé, nous avons pensé, nous avons bu, et ensuite nous avons rêvé.

J’arrive chez Brigitte Valin. Je m’arrête devant sa vitrine, et je m’offre un arrêt sur image : acrobates, funambules, femmes ouvertes, figures calmes. 10 minutes passent, intemporelles. Je sonne, un sourire m’ouvre la porte. A l’intérieur, des bronzes, des terres cuites, des terres crues, des cires, des armatures.

Rien sans armature. Un squelette pour chaque être, une colonne vertébrale pour toute figure, une vie en toute chose.

Être au monde. Une présence, une disponibilité, un regard, un sourire de l’âme. Brigitte me reçoit avec bonhomie, un verre de vin et une grande assiette de nourriture. Autour de moi, des sculptures et encore des sculptures. Des gens, de l’émotion, des gens, de la vie.

Être au monde. Brigitte m’affirme plein de choses. Elle est embêtée par les chiffres, elle la géomètre de l’infini. Elle est embêtée par les chiffres dont la logique la contrarie. Va savoir pourquoi…

Être au monde. Elle veut réaliser tout ce qui lui passe par la tête, à la seule condition que ça ne commence pas par passer par la tête. De l’émotion, de l’intuition. Là aussi, va comprendre.

Être au monde : entre des rochers, un jour, dans l’eau, elle a rencontré une méduse. Une émanation de la mer, de la Mère. Une sorte d’illumination. Aujourd’hui, cette méduse trône sur mon buffet - j’ai craqué - Une méduse comme une sirène, fière et pure, lumineuse.

Être au monde. Il faut faire quelque chose pour pouvoir faire la suite. Il y a cette urgence d’aimer ce que l’on n’aime pas, pour aller au-delà. Il faut rêver et songer, chercher et trouver, et savoir perdre et lâcher.

Être au monde ensemble. Vivre et danser, vivre et manger et boire, vivre et sculpter. Sculpter la vie. Un chemin à courir ensemble, loin, très loin. Et très haut, dit-elle !

Aout 2008 - Anne Bellefleur


Laissez-moi vous parler d’ « Orphée », des « Petites mères », de « la femme qui pousse ». Hommes et Femmes, de terre ou de bronze, aux âmes brutes ou patinées.

Laissez-moi vous parler d’une rencontre, de celle qui vous trouble et vous poursuit comme l’effluve d’un parfum reconnu.

Nées de patience, de rigueur et d’abandon. De douleur aussi, ces sculptures que Brigitte Valin offre à notre regard, trouvent en chacun de nous cette résonance indicible, douce et violente musique de la vie !

Ne pas se perdre en bavardage inutile, exutoire du superflu, aller à l’essentiel.

Chaque empreinte laissée dans la glaise se fait l’écho de l’artiste et restitue par la simple gestuelle, l’émotion de ces corps qui vibrent… 

Septembre 2004 - Sara Vermeille


 

 

 

L’œuvre de Brigitte Valin s’est imposée à nous dans toute sa plénitude et sa force d’émotion…..Quand aux principes même de son art, nul ne pourra vous décrire avec autant de précision et de passion qu’elle même les techniques ardues et la lente élaboration qu’elle impose à la matière de ses sculptures : périlleuse cuisson des terres maintenues sans armatures fixes, au moyen de tiges sans cesse fixées puis déplacées, inlassables modelages des figurines de cire qui serviront de matrices à la réalisation des bronzes ou des plâtres, communiquant mystérieusement leur souplesse à l’énergique tension des postures et des attitudes….

Mars 2003 - Geneviève Guérin (lettre d’Actée)



...la jeune galerie, qui a ouvert ses portes en avril dernier, présente une série de sculptures féminines, aux lignes charpentées frêlement esquissées, de Brigitte Valin. Pour le plaisir du badaud. 

Septembre 2002 - Marc Laumônier  (Libération) - Galerie ART’9   41, rue de Bellefond,  75009 PARIS


 

 

 Sculpter un modèle vivant nu, pour Brigitte Valin, c’est démarrer une aventure.

Le modèle se propose et c’est comme si, en percevant cette part de lui-même, on s’exposait. Travail instinctif ! Aller vite ! Court-circuiter la réflexion ! Fouiller. Taper. Frotter. Appuyer. Enfoncer. Véritable corps à corps et grande complicité.

Ensuite, rechercher la cohérence dans la solitude. D’ autres reliefs apparaîtront…

Laisser filer le temps, ne pas s’éparpiller, supprimer le bavardage et gommer tout ce qui pourrait freiner, pour aller à l’essentiel : l’ Humain ! 

Janvier 2002 Sylvie Vermeille (Salon « SUR VOL » mairie du 9e, Paris)



Le regard s’attardera avec bonheur sur ces trois dames en grès et terre cuite,  veinées et modelées aux couleurs du monde. Trois expressions de la nouvelle Eve que Brigitte Valin, une artiste qui affectionne les cires et les petits bronzes, a baptisé Trois Calebasses….

Octobre 2001 - Eva Lacoste (Journal de Romainville)


...Les nus d’hommes et de femmes que Brigitte Valin façonne en grès, terre cuite mélangée au bambou ou bien au grillage, argile et papier, bronze à la cire perdue, bas relief de cire sont visibles au Château de la Forêt, à Livry Gargan au cœur d’ une exposition qui réunit plus de 60 œuvres. Des sculptures comme des poèmes dédiés à la grâce et la bienheureuse plénitude du corps. La matière prend vie dans les physionomies généreuses, alertes. 

octobre 2001 – Anne Lamodière (Salon des Arts Plastiques de Romainville)


POMPEI – TANGO

REGARDEZ....…l’ensemble des statuettes en terre cuite de Brigitte Valin. Ne bougez plus.

Entendez monter doucement en vous le chœur de ces corps soudainement figés dans leur émotion. Comme par une coulée de boue.

Vous croirez peut-être y reconnaître l’écho déchiré d’un tango - Piazzola ou la plainte lancinante de Peer Gynt.

Vous serez peut-être surpris de sentir résonner dans votre ventre les harmonies sourdes de ces voix de terre.

Alors vous pourrez vous approcher plus près.            En silence.

Pour interroger chacun de ces êtres. Découvrir son histoire...... ou l’inventer.

Car Brigitte Valin a insufflé une âme dans ces frères et sœurs de glaise.

A vous l’émotion de la sentir vibrer.

novembre 1994 – Christophe Keromen (Festival du Théâtre au Pluriel)